La pointe du raz

Cette pointe mythique du Finistère

Tous! vous me parlez tous de la pointe du raz. Tous après avoir passé la porte de notre maison d’hôtes à Douarnenez.

Même avant d’avoir posé vos valises, vous me dites que vous en venez ou que vous irez la découvrir le lendemain.

Et à beaucoup d’entre vous je rétorque que les pointes les plus belles sont ailleurs! ^^

Les bretons la nomment Beg ar Raz et tout les autres en ont fait leur destination favorite lors de leur visite de la Bretagne.

La fameuse !

Un site depuis longtemps très prisé

Située au bout du cap sizun, à l’extrémité occidentale de la Cornouaille. Bordée au nord par la baie de Douarnenez et au sud par celle d’Audierne, ce promontoire rocheux culmine à 70m sur l’océan. Il à été avant d’être une attraction touristique un lieu ou les marins pouvaient y faire provision d’eau douce. Car c’est bien à Feunteun Aod (la fontaine de la grève) sur sa face sud, que les marins trouvaient abris en cas de tempête, avant de continuer leur périple. De tout temps aussi les pêcheurs du littoral y ont trouvé dans ces courants tumultueux merlus, congres, bars et lieus.

Le début du tourisme

C’est déjà au XIXème siècle que les voyageurs commencent à affluer en cet endroit. Le détour par la pointe du raz devient le passage obligé pour tout ceux de passage en Basse Bretagne. Et ce sont bien ces premiers touristes de la haute société qui contribuent à la notoriété de ce site. Le train arrive à Quimper dès 1863. Cela rend l’éperon rocheux plus aisément accessible à tous les citadins romantiques à la recherche d’émotions fortes. Certains guides de Plogoff, pour améliorer leur fin de mois, proposent aux visiteurs d’accompagner « les belles dames et les beaux messieurs » jusqu’au bout des roches déchiquetées. Très vite, la fréquentation s’accroît. Et c’est bien de l’Europe entière qu’on accourt pour découvrir la pointe du continent, dans un confort des plus bourgeois. En 1909, deux hôtels y sont construits. Et pour accueillir les voyageurs de plus en plus nombreux, c’est tout naturellement que les locaux commencent à exploiter une économie naissante.

Un ensemble bien assorti

Mais ce qui ajoute aussi avant tout à la force de ce site d’exception, c’est bien sa voisine la pointe du Van. Elle ferme au nord la célèbre baie des Trépassés reliant les deux pointes par une longue plage de sable fin.  Les amateurs de tranquillité et de sites grandioses lui trouve un aspect plus naturel et préservé. Davantage épargnée par le tourisme de masse, une chapelle s’accroche à son plateau, la chapelle de Saint-They.

La pointe du van
La pointe du Van

La Baie des Trépassés doit son nom peut engageant non pas que parce qu’elle rendait les corps des marins disparus en mer, mais aussi à une tradition celtique. En effet on rapporte qu’en des temps reculés, les druides à leur mort y étaient embarqués pour leur dernier voyage. Une dernière traversée vers l’île de sein afin d’y être ensevelis.

Victime de son succès

C’est dans les années 60 que s’accélère sa dégradation. L’occupation anarchique du lieu, saison après saison, décide la municipalité de Plogoff à y mettre un peu d’ordre. L’aménagement du site en vue d’accueillir les nombreux touristes commence. Commerces et parking voient le jour pour atteindre le million de visiteurs en 1990. L’équilibre fragile est rompu. La pointe souffre de la fréquentation touristique et c’est toute son extrémité qui est mise à nu. Il est alors décidé de réhabiliter le site. Et c’est dès cette époque que la pointe du raz est classée grand site national. On rase tout les bâtiments. Les commerces et le parking sont déplacés à un kilomètre à l’intérieur des terres. C’est le Conservatoire du Littoral qui se charge des travaux. Un réseau de sentiers est aménagé. Ainsi la flore et la faune sont préservés du piétinement, et la terre végétal de l’érosion. La pointe du raz redevient un espace vert, la lande retrouve ses ajoncs et le site ses couleurs naturelles.

Pour en savoir plus sur notre région

Mais avant d’aller voir la pointe du raz et avant de s’attarder un moment à la baie des trépassés. Avant de s’arrêter sur le muret de la chapelle de Saint-They pour contempler les rochers monumentaux de la pointe du van. Il faut savoir s’arrêter le long de la côte nord du cap sizun, pour découvrir toutes les richesses de son sentier côtier. Loin de l’affluence d’un des sites les plus visité en France, découvrir les falaises préservées d’un des coin les plus sauvage de Bretagne. Le cap sizun est le territoire le plus à l’ouest de la Cornouaille, un des neuf évéchés de la Bretagne. De la commune Beuzec à celle de Plogoff, son littoral est une alternance de pointes et de criques. Il est formé sur toute sa longueur de hautes falaises. Sa capitale est Pont-Croix et son port de pêche Audierne.

Et nous situer dans tout ça

Notre maison d’hôtes est donc située sur la commune de Kerlaz. Cette commune fait partie du Porzay, un des autre pays de la Cornouaille, tout comme le cap-sizun. De nos chambres d’hôtes près de Douarnenez, il vous faudra environ 3/4 d’heure pour arriver au parking de la pointe du raz. Le site appartenant au conservatoire du littoral, il vous faudra payer le parking. Il vous en coutera 6€50 du mois d’Avril au mois de Novembre. Pour ceux que cela fâche de payer le parking, la ballade de la baie des trépassés pour rallier la pointe est bien plus belle et pas bien plus longue que l’autoroute à touristes en partance du parking.

Cet article a 2 commentaires

  1. удалите,пожалуйста! [url=http://tut.by/].[/url]

  2. удалите,пожалуйста! [url=http://tut.by/].[/url]

Laisser un commentaire

Fermer le menu